Millésimes
SUIVEZ-NOUS
Rejoignez-nous sur

RECEVEZ NOS OFFRES SPÉCIALES
Derniers vins consultés :

Cantemerle 2017

  • Haut Médoc, Primeurs 2017
  • Couleur : rouge
  • Flaconnage : Bouteille

Bouteille

23,00 € HT

Achat par 6 bouteilles et multiples de 6

Quantité Prix total
23,00 € HT

Notations

Robert Parker
Noté 89-91/100

Wine Spectator
Noté 87-90/100

James Suckling
Noté 93-94/100

Jean Marc Quarin
Noté 88/100

Vinous
Noté 89-92/100

Jancis Robinson
Noté 15.5/20

     
Notation James Suckling
93 - 94 / 100

This shows a polished yet encompassing structure of solid tannins, which support flavors of mulberries and black cherries. Medium-bodied, velvety with rather chewy. Long finish.
Notation RobertParker.com
89 - 91 / 100

The deep garnet-purple colored 2017 Cantemerle gives up lovely crushed black and red currants notes with hints of kirsch, underbrush and cinnamon stick plus a waft of roses. Medium-bodied with plenty of freshness and a fine-grained frame, it is elegantly expressed and finishes with beautiful harmony.
Notation Quarin
15,5 / 20

Couleur sombre et de belle intensité. Nez fruité et plutôt discret. Bouche fruitée, agréable, au corps longiforme et un peu discret, mais sans angle final. Longueur moyenne.

Cantemerle

Commentaires du Château
Le château Cantemerle est un Cinquième Grand Cru Classé du Haut-Médoc, situé à Macau. Il bénéficie d’un terroir exceptionnel de graves profondes très filtrantes lui permettant chaque année de produire un grand cru exceptionnel. Les vins, principalement constitués de cabernet sauvignon (60%), ont un profil rond et charmeur. Armés de tanins frais et d’arômes subtils de cassis et d’épices, ils offrent la possibilité au consommateur de les apprécier dans leur jeunesse. Le château Cantemerle n’en reste pas moins un grand vin de garde que l’on peut savourer après plusieurs décennies en cave.
Histoire du Château
L’histoire du château Cantemerle commence lorsque le seigneur Arnaud de Blanquefort donne des terres à l’Abbaye de la Sauve Majeure en 1147 en présence de Pons de Cantemerle. Lorsque Jean de Villeneuve rachète la propriété en 1579, Cantemerle ne produit que 12 barriques par an, il faut savoir qu’à l’époque, le Médoc était plus une terre céréalière que viticole. Avec ce nouveau propriétaire, l’activité viticole passe au premier plan et peu à peu la juridiction de Cantemerle s’étend sur grand nombre de maison nobles, notamment sur celles de Gironville, Maucamp et Sauves, où se trouve l’actuel château rebaptisé Cantemerle.
Plusieurs siècles ont passé et en 1852, le château Cantemerle sert de base pour plusieurs essais (concluants) de soufrage de la vigne, dans le cadre de la lutte contre l’oïdium.

Alors que le château Cantemerle n’apparait pas sur la liste initiale du classement de 1855, il y est ajouté au mois de septembre de la même année. La production du château était à l’époque vendue directement en Hollande, sans passer par le circuit traditionnel des négociants de la place. Ce sont ces derniers qui ont constitué la liste des crus présentés lors de la dégustation de 1855, d’où l’absence de Cantemerle. C’est seulement après présentation d’un dossier complet comprenant l’historique des prix de vente et la décision de changer son mode de commercialisation qu’il vend son vin à travers les courtiers de la place. Cantemerle est ajouté à la liste des Cinquièmes Grands Crus Classés, ce qui constitue le premier changement apporté à la classification.
En 1867, le Château Cantemerle reçoit une médaille d'argent à l'exposition universelle pour récompenser l'excellence de son vin.

Cantemerle fut malheureusement le cru classé le plus touché par la crise du phylloxéra couplée de l'invasion du mildiou dans la période allant de 1879 à 1887. Il perdit près de 50% de son potentiel de production annuel moyen. En 1884, le mildiou fait des ravages chez les premiers, ainsi leur prix s’effondre et cette année le tonneau du château Cantemerle coûte 200 francs plus cher que celui du château Lafite.

En 1892, les héritiers de la Baronne d'Abbadie vendirent Cantemerle à la famille Dubos, mettant ainsi fin à plus de trois siècles de "règne" des Villeneuve. Théophile Dubos, propriétaire de Cantemerle, était aussi vice-président du Syndicat des crus classés du Médoc et négociant de la maison Dubos Frères.

Durant la guerre et les années de crise 1930-1940, de nombreuses parcelles de vigne furent arrachées à Cantemerle. Après la Seconde Guerre mondiale on n’y trouve plus que 25 hectares. En décembre 1980, c’est le groupe SMABTP qui se porte acquéreur du château, le premier groupe d’assurances à posséder un château bordelais. Étant donné que seulement 25 des 70 hectares sont exploités, le groupe y voit un grand potentiel. Durant les années 1980, Cantemerle s’agrandit pour atteindre 60 hectares en 1987. La cuverie est aussi renouvelée et le domaine retourne volontairement à la vinification en cuves bois. Durant cette période, la gestion du château est confiée aux établissements Cordier.

A la fin de la décennie, un dernier coup de pouce de l’investisseur permet d’achever la rénovation du château en prévision de l’activité de réception qui accompagnera la promotion de la marque auprès de ses clients.

Aujourd’hui…

Depuis 1991 le château s’est affranchi de sa relation avec les établissements Cordier pour former sa propre équipe, que Philippe Dambrine dirige.
Les années 2000 marquent l’arrivée de nouvelles technologies et d’un processus de sélection plus exigeant. Le cabernet franc et le cabernet sauvignon prennent le pas sur le merlot, la vendange est méticuleusement triée et de nombreux autres projets sont lancés afin d’accéder au potentiel maximal de ce magnifique terroir du Haut-Médoc. Ces ajouts de précision à la chaîne de qualité apporteront une meilleure définition aux vins du château Cantemerle.
Avec beaucoup d’efforts durant les deux dernières décennies le château Cantemerle s’inscrit plus que jamais dans la compétition à laquelle se livrent les Grands Cru Classés du Médoc en faveur de la qualité.